Le travail, en quête de sens

30 janvier 2020

Jamais la quête du sens au travail n’a autant intéressé et touché toutes les générations. Le coupable ? Le manque de sens au travail. En effet, aujourd’hui les métiers sont de plus en plus techniques et innovants, et le salarié a parfois la sensation d’être un moyen de production, et non plus une personne. Et c'est ainsi que se développent aigreur, amertume et surtout ennui. L'on se sent très vite inutile. La quête de sens est dès lors devenue symptomatique d’un nouveau rapport au travail.

La fin du salariat ?

30 ans dans la même structure … les modèles que les anciennes générations ont connues touchent à leur fin. Au cours de leur vie professionnelle, les générations actuelles occuperont plusieurs métiers, mêmes certains n’existent pas encore. Face à un monde en transition (transition tout d’abord économique et ensuite écologique), les aspirations se font plus précises et surtout plus exigeantes. Le salariat a laissé sa place aux parcours atypiques, au freelancing… Au-delà d’une bon salaire, les carrières doivent désormais contribuer aux causes mondiales et ainsi garantir un épanouissement de soi, mais surtout être porteuses de sens. Le monde d’avant, pyramidal et construit sur des valeurs individualistes, ne peut plus fonctionner.

Le sens au travail est une combinaison de la cohérence entre ce qu’un collaborateur veut faire, le discours de la structure, et ce qui est réalisé réellement. L’objectif en quête de sens est de choisir une activité en accord avec ses valeurs, ses principes, qui procure du plaisir, car elle comble nos aspirations et valorise un savoir-faire. Les travailleurs comprennent alors ce pourquoi ils font leur métier, quel est leur « Why ». Encouragée depuis une vingtaine d’années en France, l’entreupreunariat semble être une réponse pour ces personnes en quête de sens.

Se sentir utile donne du sens

Le collaborateur au travail a besoin de se sentir utile car il cherche naturellement à comprendre pourquoi il fait ce qu'il fait. C’est l’impression de servir à quelque chose, qui donne du sens. Le collaborateur aime contribuer à quelque chose et réaliser l'impact de son travail sur l'économie de sa famille, de son entreprise, de son pays ... de sa planète. Cette question incessante de l'utilité est la grande question de la génération du « Why ». Le sentiment d'utilité touche à l'identité de la personne et lui donne un sens à sa vie. Aussi parce que ce sentiment d'utilité développe l'estime de soi et ainsi la confiance.

S’engager aussi

Pour redonner du sens à son travail il est utile de s’engager. Que ce soit dans la structure, dans des projets, des activités … Plus un collaborateur s’investi dans l’entreprise, plus son engagement sera valorisé et plus il sera valorisant pour lui-même, et donc une grande source de satisfaction. Le collaborateur peut également se lancer dans les projets RSE de la structure, d’échanger, de partager ses compétences, savoir-faire …

Devenir acteur

Au lieu d’être observateur de notre contexte économique, social et écologique complexe et surtout très incertain, les générations nouvelles ont choisi d’être actrices et se réapproprient le travail en lui donnant du sens. Elles développent donc des compétences majeures telles que l’adaptation, l’agilité, la flexibilité… Elles multiplient également les expériences afin d’acquérir des compétences nouvelles et ne craignent pas de prendre des risques : changer de voie, être son propre patron, être nomade…


My Sherpa,

Future of Work

Suivez-nous

Suivez l'actualité de My Sherpa